• [hal-03664191] Los colores del viaje: Mallorca y el último mar de Joaquín Sorolla
    11 mai 2022
    J. Sorolla (1863-1923) es considerado como uno de los principales exponentes de la pintura española de entresiglos. Su obra abarca la temática social, costumbrista, los retratos y el paisaje, destacando las escenas del natural ambientadas en la playa. De origen valenciano se inspiró en la realidad inmediata del mar que le rodeaba. Su representación aparecerá como el tratamiento más moderno de su pintura aportando nuevos aires de renovación a su época. 1919 será la última vez que lo pintará. Sin saberlo el Mediterráneo de las Islas Baleares se convertirá en su último modelo. Meses más tarde, ya en 1920, una hemiplejia lo alejará progresivamente de la pintura. Su viaje a Mallorca e Ibiza y los cuadros que allí pintó aparecen como los representantes más significativos de una pintura personal y no comercial presente en su última etapa creativa como paisajista. El paisaje pictórico hace referencia al paisaje geográfico. Existe una imbricación indisoluble a pesar de que varían continuamente. La geografía le proporciona una tipología que cada artista interpretará personalmente pero teniendo en cuenta siempre los límites y las particularidades que dicha referencia implica. Y Sorolla supo hacerlo con el mar. Y es que su paisaje ofrece una multiplicidad de posibilidades estéticas que lleva implícitas en sí mismo. Desde esta perspectiva, nuestro trabajo aborda en primer lugar su poética en los paisajes marítimos no costumbristas del pintor fruto de los diferentes viajes que realizó por el Mediterráneo y que lo guiaron en su búsqueda personal y lo inspiraron en su trabajo de representación. Los cuadros mallorquines e ibicencos elegidos para nuestro análisis, nos permitirán en segundo lugar explorar su experiencia plástica y sensorial en la percepción del mar balear y sintetizar lo mejor y más evolutivo de su creación.
  • [hal-03476437] Partir pour se trouver ou la quête identitaire de deux étudiantes chinoises en France dans les années 1920
    21 janvier 2022
    Pionnières en Chine par le choix qu’elles font de suivre des études supérieures, Su Xuelin et Chen Xuezhao le sont aussi par leur décision de partir à l’étranger pour cela, à une époque où peu de femmes se lancent dans l’aventure. Elles se singularisent également par leur destination, la France, alors peu fréquentée par les étudiants chinois (et par un nombre encore plus limité d’écrivains). Intellectuelles de premier plan, elles se consacreront essentiellement, pour l’une, à l’histoire et à la critique de la littérature chinoise (Su Xuelin) et, pour l’autre, au journalisme (Chen Xuezhao). Venues en France pour des raisons radicalement différentes, elles transcrivent toutes deux cette expérience sous forme de roman, Jixin [Des épines dans le cœur] pour Su Xuelin et Nanfeng de meng [Le rêve du vent du sud] pour Chen Xuezhao, publiés l’un et l’autre en 1929. Et c’est précisément par ce choix que Su Xuelin et Chen Xuezhao, atypiques par leur parcours, se montrent représentatives du questionnement identitaire des femmes en Chine au cours des années 1920, questionnement qui les amène à une prise de conscience d’elles-mêmes, une construction identitaire qu’elles partagent avec leurs compatriotes, malgré - ou grâce à - leur parcours si éloigné de celles restées sur place, un parcours marqué par l’exil.
  • [halshs-03353050] Drôles de dames. Femmes et féminisme dans l’œuvre d’Irini Dentrinou (1879-1974)
    28 janvier 2022
    Femmes de lettres et féministe originaire de Corfou, Irini Dentrinou a compté en son temps parmi les personnalités-phares de l’intelligentsia de l’Heptanèse. Cet essai présente son itinéraire intellectuel et analyse son œuvre à travers le prisme du genre, dans une approche comparatiste.
  • [hal-03548150] Plantes et échanges de savoirs à l’Institut franco-chinois de Lyon (1921-1946)
    30 janvier 2022
    L’Institut franco-chinois (1921-1946) a été l’occasion de confronter des savoirs scientifiques et culturels dont il nous reste aujourd’hui le témoignage, au travers des 131 thèses rédigées par les étudiants de l’Institut. Parmi celles-ci, 41 portent sur la Chine. Dans la configuration historique de l’époque, ces choix de sujets de thèse sont signifiants et leur traitement révélateur des représentations culturelles à l’œuvre tant chez les étudiants que chez leurs directeurs de thèse ainsi que des relations de pouvoir en jeu dans le processus de réflexion et d’écriture de la thèse. Dans le cadre de ces échanges, les plantes jouent un rôle particulier dans la mesure où, porteuses d’une identité et d’une culture, elles offrent la possibilité d’un échange de connaissances, de pratiques, une plongée dans la culture de l’Autre, sa vision du monde à partir d’un élément végétal présent dans toute civilisation et constitutif de celle-ci. Le discours des étudiants sur et autour des plantes apparaît de ce fait comme le résultat de la confrontation entre deux ordres culturels. A partir des valeurs mises en avant par les étudiants dans leurs thèses et de leur positionnement vis-à-vis des cultures académiques occidentale et chinoise, nous nous interrogerons sur le rôle particulier des plantes dans les échanges de savoirs à l’œuvre au sein de l’Institut franco-chinois.
  • [hal-03119635] Littérature et géographie en terre d'Islam à l'époque médiévale : L'exemple du Kitâb al-Diyârât d'al-shâbushtî
    3 février 2021
    Nous assistons ces dernières années à un dialogue entre deux disciplines que sont la géographie et la littérature. Le but est de réintroduire dans les études littéraires des notions communes avec la géographie : espace, réalités politiques-économiques et activités humaines. Après le « linguistic turn » qui a marqué les études littéraires du dernier tiers du XX ème siècle,
  • [hal-03195157] Occident et occidentalisme dans la Chine des années 1920-1930: le cas de la revue Xinyue
    11 avril 2021
    La revue Xinyue (1928-1933) a, longtemps, été présentée comme occidentaliste en raison de ses références aux littératures, théories critiques et philosophies occidentales et, de ce fait, stigmatisée en tant que potentiel outil du capitalisme et libéralisme occidental, tant du côté occidental que chinois. Cet article interroge les éléments saillants du supposé occidentalisme de la revue Xinyue , à partir d’un travail plus conséquent précédemment réalisé, afin de réévaluer la représentation qui en a été proposée par les critiques et historiens de la littérature. Ce faisant, ce travail vise aussi à rendre à la revue Xinyue sa place dans le débat d’idées en tant que revue culturelle et critique ayant contribué à l’histoire mondiale du XXe siècle.
  • [hal-03195165] Des positions de Xinyue [Xinyue de taidu]
    11 avril 2021
    Traduction en français du Manifeste de la revue Xinyue (1928-1933) "新月的态度" (Xinyue de taidu)
  • [hal-03500037] Aguranabe, petite histoire des tabous alimentaires de la consommation de viande dans le Japon au milieu du XIXe siècle
    21 janvier 2022
    Dans d’innombrables ouvrages littéraires japonais, fictions et non-fictions, la description de la nourriture joue un rôle de miroir reflétant l’évolution de la société. Nous tenterons d’éclairer certaines problématiques et préoccupations populaires au Japon, à travers un ouvrage, Aguranabe (1871), de Kanagaki Robun (1829-1894). Nous pouvons y observer quelques nouveautés dans les pratiques alimentaires des Japonais, comme la viande de bœuf, l’apparition des produits laitiers et de leurs variantes. La consommation de ces nouveaux produits présente un paradoxe intrinsèque : un sentiment de culpabilité dû à la transgression des anciens tabous alimentaires et la fierté d’être devenu « civilisé ». Dans le processus d’acculturation de cette alimentation, une notion clef, la nutrition, apparaît alors comme une justification permettant la résolution du dilemme. Ce processus met en lumière le comportement dubitatif et hésitant des Japonais, face à l’inversion radicale des valeurs lors de la transition de l’ancien Japon (Edo) au Japon moderne (Meiji). Apparaît aussi une autre nouveauté, l’expression du plaisir gustatif, dont la manifestation était autrefois considérée comme impudique.
  • [tel-03250377] Cinéma de femmes et condition féminine en Chine : une analyse de films de Ning Ying, Li Yu, Li Shaohong et Xu Jinglei (2001-2007)
    16 juin 2021
    Alors que la condition des femmes se dégrade avec l’adoption d’une « économie socialiste de marché » dans la Chine du début du vingt-et-unième siècle, des chercheurs parlent de l’émergence d’une nouvelle vague de cinéma de femmes dans les films des réalisatrices de l’époque. Ce terme, présent depuis les débuts de la critique féministe sur le cinéma, renvoie ici à des films réalisés et écrits par des femmes qui viennent questionner aussi bien les représentations des femmes du point de vue du regard masculin que les schémas narratifs masculins. La thèse procède à l’analyse scénaristique et formelle de six films de quatre réalisatrices : Lettre d’une inconnue (2004) de Xu Jinglei, Stolen Life (2005) de Li Shaohong, Perpetual Motion (2005) de Ning Ying, Fish and Elephant (2001), Dam Street (2005) et Lost in Beijing (2007) de Li Yu. L’examen du corpus révèle la présence de thématiques et procédés récurrents qui font l’objet des trois parties de la thèse. La première partie fait appel au concept de « regard féminin » d’Iris Brey (2020) pour étudier la façon dont la subjectivité des héroïnes de Stolen Life et de Lettre d’une inconnue est retransmise aux spectateurs. Une seconde partie est consacrée au rapport ambivalent des personnages féminins avec l’espace urbain, entre opportunités et contraintes, émancipation et perdition. Enfin, la troisième partie analyse la récurrence des fins ouvertes ou ambiguës quant au destin des héroïnes, un choix délibéré qui invite à une remise en question de la société patriarcale chinoise. Enfin, la conclusion propose une redéfinition du concept de cinéma de femmes à la lumière du corpus analysé.
  • [halshs-03526106] Élisabeth Moutzan-Martinengou, Autobiographie, traduction française, précédée d’une introduction par Sophie Coavoux
    18 janvier 2022
    Traduction française, précédée d'une introduction par Sophie COAVOUX Maître de conférences HDR en études néo-helléniques Institut d'études transtextuelles et tranculturelles (IETT)

Voir tout