• [halshs-03353050] Drôles de dames. Femmes et féminisme dans l’œuvre d’Irini Dentrinou (1879-1974)
    24 septembre 2021
    Femmes de lettres et féministe originaire de Corfou, Irini Dentrinou a compté en son temps parmi les personnalités-phares de l’intelligentsia de l’Heptanèse. Cet essai présente son itinéraire intellectuel et analyse son œuvre à travers le prisme du genre, dans une approche comparatiste.
  • [hal-03119635] Littérature et géographie en terre d'Islam à l'époque médiévale : L'exemple du Kitâb al-Diyârât d'al-shâbushtî
    3 février 2021
    Nous assistons ces dernières années à un dialogue entre deux disciplines que sont la géographie et la littérature. Le but est de réintroduire dans les études littéraires des notions communes avec la géographie : espace, réalités politiques-économiques et activités humaines. Après le « linguistic turn » qui a marqué les études littéraires du dernier tiers du XX ème siècle,
  • [hal-03195165] Des positions de Xinyue [Xinyue de taidu]
    11 avril 2021
    Traduction en français du Manifeste de la revue Xinyue (1928-1933) "新月的态度" (Xinyue de taidu)
  • [hal-03195157] Occident et occidentalisme dans la Chine des années 1920-1930: le cas de la revue Xinyue
    11 avril 2021
    La revue Xinyue (1928-1933) a, longtemps, été présentée comme occidentaliste en raison de ses références aux littératures, théories critiques et philosophies occidentales et, de ce fait, stigmatisée en tant que potentiel outil du capitalisme et libéralisme occidental, tant du côté occidental que chinois. Cet article interroge les éléments saillants du supposé occidentalisme de la revue Xinyue , à partir d’un travail plus conséquent précédemment réalisé, afin de réévaluer la représentation qui en a été proposée par les critiques et historiens de la littérature. Ce faisant, ce travail vise aussi à rendre à la revue Xinyue sa place dans le débat d’idées en tant que revue culturelle et critique ayant contribué à l’histoire mondiale du XXe siècle.
  • [tel-03250377] Cinéma de femmes et condition féminine en Chine : une analyse de films de Ning Ying, Li Yu, Li Shaohong et Xu Jinglei (2001-2007)
    16 juin 2021
    Alors que la condition des femmes se dégrade avec l’adoption d’une « économie socialiste de marché » dans la Chine du début du vingt-et-unième siècle, des chercheurs parlent de l’émergence d’une nouvelle vague de cinéma de femmes dans les films des réalisatrices de l’époque. Ce terme, présent depuis les débuts de la critique féministe sur le cinéma, renvoie ici à des films réalisés et écrits par des femmes qui viennent questionner aussi bien les représentations des femmes du point de vue du regard masculin que les schémas narratifs masculins. La thèse procède à l’analyse scénaristique et formelle de six films de quatre réalisatrices : Lettre d’une inconnue (2004) de Xu Jinglei, Stolen Life (2005) de Li Shaohong, Perpetual Motion (2005) de Ning Ying, Fish and Elephant (2001), Dam Street (2005) et Lost in Beijing (2007) de Li Yu. L’examen du corpus révèle la présence de thématiques et procédés récurrents qui font l’objet des trois parties de la thèse. La première partie fait appel au concept de « regard féminin » d’Iris Brey (2020) pour étudier la façon dont la subjectivité des héroïnes de Stolen Life et de Lettre d’une inconnue est retransmise aux spectateurs. Une seconde partie est consacrée au rapport ambivalent des personnages féminins avec l’espace urbain, entre opportunités et contraintes, émancipation et perdition. Enfin, la troisième partie analyse la récurrence des fins ouvertes ou ambiguës quant au destin des héroïnes, un choix délibéré qui invite à une remise en question de la société patriarcale chinoise. Enfin, la conclusion propose une redéfinition du concept de cinéma de femmes à la lumière du corpus analysé.
  • [halshs-02522894] On the Need for Limits After the Time of the Coronavirus
    13 juillet 2020
    How can Ellul, Castoriadis and Rensi, together with Zhuangzi, whose philosophies proceed unwittingly in parallel like four ships in the night, help us to understand and imagine how we might retreat from, or even transcend, the cataclysmic moment that humanity is currently experiencing, a moment of which the coronavirus may be seen as a tragic epiphenomenon.
  • [halshs-02457536] Nationalism Unbound: China, Hong Kong and Brexit through the Prism of Castoriadis
    13 juillet 2020
    Castoriadis, wrote very little that directly dealt with Chinese politics. What is striking, however, is how with a time-lag of between ten and twenty years, Castoriadis's analysis of the Soviet Union may be mapped onto Mao's China. Even today looking at Xi Jinping's China the insights of Castoriadis ring true. The important difference, however, between the Russia described in 1981 by Castoriadis — it is the latter who insists on employing “Russia” rather than the USSR — and China’s situation today lies in the economic turn first adopted by China’s leadership in the late 1970s after the demise of Mao Zedong. During the 1980s, China gradually moved to a market-oriented economy which nevertheless remained strictly controlled and directed by the Party-state.
  • [hal-02503587] « La musique yé-yé de l’autre côté des Pyrénées »
    11 mars 2020
    La musique yé-yé est née en France au début des années soixante et s’est développée à peu près jusqu’en 68 et l’arrivée de la mode hippie. La musique yé-yé n’est autre chose que l’assimilation de nouvelles tendances de la musique anglo-saxonne – rock, beat, country – par la chanson française. Ce style musical s’est exporté ensuite à l’étranger, notamment en Espagne. La mode yé-yé est indissociable du programme de radio Salut les copains et de la revue homonyme. Parmi les chanteurs et chanteuses fétiches, nous ne pouvons pas oublier Johnny Hallyday, Claude François, Sylvie Vartan, Françoise Hardy, France Gall et tant d’autres. Comme Edgar Morin l’a bien mis en évidence (1963), c’est autour de ces stars de la chanson que les jeunes, les teenagers, ont développé une conscience de groupe déterminé par l’âge et par une identité propre : être jeune. Ces icônes de la nouvelle vague ont rapidement franchi les Pyrénées et inondé les couvertures des revues et des magazines. À l’instar de Salut les copains, les revues Fonorama et Fans sont devenues la plate-forme et la vitrine de la musique yé-yé, incitant les jeunes Espagnols à devenir yé-yé. Ainsi, dans la première moitié des années 60, tout était yé-yé.
  • [hal-02502048] The Lost Other: Lowry's creative process
    28 avril 2020
    The recent discovery and subsequent publication of Lowry’s lost novel In Ballast to the White Sea, meant as the Paradiso piece in Lowry’s long-planned Dantesque trilogy, calls attention to the importance of loss in Lowry’s creative process. Indeed, the 1936 typescript edited by Patrick McCarthy and Chris Ackerley, in which the protagonist’s young brother commits suicide, does not readily lend itself to such positioning in the trilogy. However, the very presence of an alter-ego for the protagonist and his disappearing early in the novel point to a process that may be seminal to Lowry’s creative art: the need to generate another self whose loss is the necessary sacrifice to fuel the writer’s creative power. That In Ballast to the White Sea should be a form of Kunstelroman seems to confirm this intuition. It is besides a novel about a novel, very much like Dark As the Grave Wherein My Friend Is Laid, the title of which again highlights loss and grieving for this loss as an important feature of Lowry’s art. Just as Dark as the Grave is a returning to the place where he had written Under the Volcano, so In Ballast to the White Sea is motivated by a desire to meet the author whose works inspired the writing of Ultramarine. However the quest for the origin of creation proves elusive and eventually suggests that the origin is now lost, and perhaps always was. And it is perhaps this very loss which is the true origin of creation for it liberates speech and allows more writing. The fact that Lowry never tried to retrieve the typescript of In Ballast from the White Sea and chose instead to let it survive as a trace, as the presence of an absence, in other works of his and in letters, may actually account for its paradisiac quality: the perfect book that only exists as an absence, a distant horizon always to be reached, which stimulates the writer’s quest and his writing. The special place In Ballast holds in Lowry’s grand-oeuvre as both an absence and a presence could thus designate it as his ob-jeu, a metaphorization which allows him to negotiate the ineluctability of absence and turn it into a productive tool.
  • [hal-02406119] Le couvent chrétien en terre d'Islam : un lieu de protection partagée
    10 février 2020
    Si les Chrétiens d'Orient subissent, de nos jours, des déplacements massifs et des exécutions sommaires, comme leurs collègues musulmans de tout bord et de toutes doctrines, au nom d'une interprétation barbare d'un texte qui se prête à toutes les manipulations interprétatives possibles et imaginables ; il fut un temps où ces Chrétiens, en terre d'islam, à travers leurs diyârât 1 (sing. dayr) (monastères, couvents), furent à la fois une source de plaisir et d'art de vivre pour leurs hôtes Musulmans : califes, qâdîs et autres dignitaires de cette terre d'islam. Notre dessein dans cet article est double : montrer l'acceptation de l'autre, minoritaire, dont la foi est différente mais aussi concurrente, à l'intérieur d'un lieu dont l'espace est limité, réservé et fragile ; et montrer comment les maîtres de Dâr al-Islam avec l'immensité de leur territoire et la puissance de leur pouvoir ont su savourer ces moments que les propriétaires de ces lieux leur ont procuré. Etre hôte, cela implique, de façon implicite, la reconnaissance des règles et des us et coutumes du propriétaire des lieux. En contre partie une protection, elle aussi implicite, de ces lieux et de leurs personnes s'impose. Ainsi, le couvent devient, au Moyen-âge un lieu de villégiature, où les dignitaires musulmans trouvent refuge dans ces lieux isolés et préservés à l'intérieur de l'Empire, pour un moment, loin de la réalité qu'impose la vie quotidienne. Ainsi, le couvent chrétien (dayr) a constitué, au Moyen-âge, le cadre d'accueil d'une activité littéraire dont les récits et les poèmes sont rassemblés dans des anthologies portant le nom de Kutub al-Diyârât (Les Livres des Monastères). Cette production littéraire décrit des séjours effectués par des Musulmans dans cette institution religieuse, dans le but de se divertir. Elle met en scène une élite 1 Dans la langue arabe, le couvent chrétien porte le nom de « Dayr », un terme d'origine syriaque, souligne D. Sourdel. Il s'applique « aux couvents qui subsistèrent, dit-il, en Orient après la conquête arabe. (EI 2 , art. «Dayr») Tandis que pour abîb al-Zayyât, ce terme « est d'origine araméenne signifiant : maison (dâr).» (Al-Diyârât al-nasrâniyya, Dâr al-Mashriq, Beyrouth, 1999, p.18).

Voir tout