Productions scientifiques

Publications & communications


  • [hal-03740733] De l'Institut franco-chinois de Lyon (1921-1946) à l'université française: quelle intégration pour les étudiantes?
    2 août 2022
    Les 51 étudiantes accueillies par l’Institut franco-chinois de Lyon en 25 ans (sur un total de 473 étudiant.es) se sont singularisées par leur choix d’études et leur personnalité mais elles ont en commun d’avoir pour objectif d’intégrer l’université française et d’y acquérir une formation qu’elles pourraient ensuite mettre en pratique en Chine. Un tiers d’entre elles achève ce parcours par une thèse de doctorat. De leurs conditions de vie à leurs études, leur histoire s’inscrit dans le cadre de celui de l’accès aux études supérieures des femmes après la Grande guerre, avec cette dimension supplémentaire qu’en tant qu’étrangères, elles contribuent à l’internationalisation des formations qu’elles intègrent. Si leur objectif est avant tout l’acquisition d‘une formation, l’étude de leur parcours montre qu’elles se trouvent aussi souvent dans une position d’intermédiaires entre les cultures française et chinoise, et ce quel que soit le domaine, jouant ainsi un rôle de médiatrices au travers de leur travail scientifique.
  • [hal-03740722] Pour une modernité ancrée dans la tradition chinoise : les références croisées Chine-Occident dans la revue Xinyue (1928-1933)
    20 août 2022
    Représentative d’un mouvement littéraire et politique qui a évolué sur une dizaine d’années, la revue Xinyue (1928-1933) a joué un rôle majeur dans la vie intellectuelle, culturelle et politique de la Chine des années 1920/1930. Victime des aléas de l’histoire, elle est restée dans l’ombre jusqu’à sa réédition, en 1985, suscitant alors un regain d’intérêt et une réévaluation de son contenu. Encore souvent qualifiée d’ « occidentaliste », elle a pourtant proposé un travail sur la tradition - tant chinoise qu’occidentale - qui apparaît aujourd’hui comme constitutif de la « modernité » chinoise. Il sera proposé, dans cette intervention, de revenir sur ce que l’on peut appeler les « références croisées » Chine-Occident dans la revue Xinyue. En effet, de façon assez systématique, les articles qui portent sur des œuvres occidentales relient ces œuvres à des œuvres ou des artistes chinois. Dans le domaine du théâtre, ces références ont clairement servi une réflexion sur l’identité du théâtre chinois moderne. Nous nous intéresserons ici aux figures de la tradition chinoise qui émergent lorsqu’il est question de poésie ou de fiction moderne afin de montrer de quelle manière les œuvres issues de la tradition et de la modernité occidentale sont détournées pour s’inscrire dans une réflexion propre aux contributeurs de la revue sur une « modernité » qu’ils perçoivent comme mondiale et au-delà des frontières.

Voir tout